Instagram a ruiné votre santé mentale, maintenant il veut que vous vous déconnectiez

Temps de lecture : 6 minutes

Mise à jour le 8 septembre, 2022 par Metaverse

Emma Lembke a débuté sur les réseaux sociaux à l’âge de 12 ans. L’utilisation compulsive et le contenu inapproprié ont conduit à la dépression et à un trouble de l’alimentation. Maintenant, il a créé un mouvement pour éviter que d’autres jeunes vivent la même chose.
Emma Lembke (Birmingham, Alabama) n’était pas une fille différente du reste des enfants américains de la génération Z ; beaucoup plus habitués à vivre absorbés les yeux rivés aux écrans qu’aucun de leurs aînés. Lorsqu’elle a eu 12 ans, après des mois de plaidoirie, elle a réussi à convaincre ses parents de lui permettre d’entrer dans le monde des réseaux sociaux. 

Même si, en théorie, elle n’avait pas l’âge minimum pour cela, selon les politiques de la plupart des plateformes, elle était la dernière à franchir le pas au sein de son groupe d’amis. Comme tant d’autres préadolescents, il a décidé de commencer son voyage numérique en téléchargeant Instagram, mais il n’a pas tardé à compléter l’expérience avec Snapchat et Musically.ly, l’embryon du géant connu aujourd’hui sous le nom deTik Tok.


« Lorsque je suis entré dans ces applications, j’ai découvert un nouveau monde qui était à portée de main. La sensation était magnétique. J’ai commencé à suivre tout le monde, de Kim Kardashian à la chaîne de restaurants Olive Garden”, se souvient aujourd’hui la jeune femme, aujourd’hui âgée de 19 ans et en deuxième année de fac, lors d’une conversation avec ABC.

Même si, au début, avoir littéralement le monde entier à portée de clic était fascinant, l’idylle fut de courte durée. Quelques mois après avoir commencé à surfer sur les réseaux, Lembke passait déjà entre 5 et 6 heures par jour à glisser son doigt dans ses « feeds ». Consommer du contenu de manière compulsive et se comparer au reste des internautes. Atteignant progressivement sa santé mentale : « Instagram m’a fait finir par me valoriser en fonction des ‘j’aime’, des commentaires ou des followers que j’avais. La comparaison de ces données avec celles obtenues par les autres a fini par me causer des problèmes d’anxiété et de dépression ».

L’image de perfection, projetée par la majorité des utilisateurs qui pullulent sur ce réseau social, notamment les ‘influenceurs’ avec leurs filtres et leur sélection de contenus, n’a pas non plus contribué à améliorer la situation : « J’ai senti que mon image était dégradée. J’ai adopté des normes corporelles irréalistes, et cela a finalement entraîné d’autres problèmes, comme un trouble de l’alimentation causé directement par les algorithmes de ces applications, qui récompensent les photos et vidéos nuisibles aux plus jeunes.

L’ampoule de Lembke ne s’est allumée qu’un après-midi d’été quand, à l’âge de 15 ans, après avoir entendu une notification sur son smartphone, il a décidé de s’arrêter et de réfléchir à la situation. Il commence à s’informer sur les méfaits des réseaux sociaux, de plus en plus voracement : « Je me suis rendu compte que j’étais devenu une victime émotionnelle de ces applications ».

Séance de clôture

Cette expérience a amené Lembke à changer radicalement l’usage qu’il avait jusqu’alors donné aux réseaux sociaux. Il a limité son utilisation à l’essentiel et a essayé de commencer à éviter les contenus préjudiciables, principalement en se désabonné de nombreuses célébrités, ce qui, comme il l’admet, “a fait la différence”. Plus tard, en 2020, il prend la décision de créer une association visant à aider tous les jeunes qui souhaitent utiliser les réseaux de manière saine, afin qu’ils puissent “échapper au cycle corrosif de l’addiction”.

Son nom est Log Off (déconnecter, en espagnol), un mouvement étudiant qui a plusieurs ressources de formation sur son site Web. Également avec un blog et un podcast dans lequel divers jeunes du monde entier partagent des conseils et des expériences similaires à ceux de Lembke. « Je pense que tous les jeunes devraient se déconnecter et réfléchir à l’usage qu’ils font des réseaux sociaux. Ils doivent se demander pourquoi ils les utilisent, ce qui leur nuit ou comment ils peuvent vraiment en profiter, ce qui est l’objectif principal », explique le militant.

Cela ne se produit pas nécessairement en abandonnant définitivement les “applications”. Simplement, en les utilisant intelligemment ; les empêchant de causer des problèmes de santé. Comprendre, entre autres, que les vies parfaites n’existent pas. Peu importe qui se cache derrière la publication en service et les filtres qu’ils ont utilisés pour salir la réalité : « Aujourd’hui, j’utilise des ‘applis’ comme HabitLab, qui aident à réduire le temps de connexion, j’essaie aussi de les éviter pendant les examens ou d’utiliser des réseaux qui fonctionnent dans une manière plus saine, comme BeReal, où vous ne pouvez télécharger qu’une seule photo par jour à une heure précise et il n’y a pas de filtres », explique Lembke à propos de sa relation avec ces plateformes. Il reconnaît également qu’il les utilise généralement, principalement, pour communiquer avec ses amis directs et sa famille et envoyer des mèmes.

De mal en pire

Les problèmes d’estime de soi et de santé mentale que les réseaux sociaux peuvent provoquer chez les utilisateurs les plus vulnérables, les mineurs, ne sont pas un secret pour les entreprises derrière eux. Parmi eux, Instagram. Meta, la matrice de l’outil, reconnue dans une étude interne, filtrée avec des milliers d’autres documents par l’ancienne employée de l’entreprise Frances Haugen l’automne dernier, que l’« application » photographique fait que 32% des adolescents qui se sentent mal avec leur corps se sentent encore plus mal quand vous l’utilisez. Autrement dit, l’outil aggrave les problèmes d’estime de soi de trois jeunes sur dix. Et Lembke et son organisation confrère ne sont pas les seuls à être au courant.

Toutes les études indiquent que le temps que les adolescents passent les yeux collés à l’écran augmente avec les années. En 2021, l’utilisation moyenne d’Instagram par les mineurs espagnols était de 100 minutes par jour, soit ce qui revient au même, plus de 600 heures par an, selon un rapport de Qustodio. De même, une étude publiée dans Nature en mars dernier par des chercheurs de l’université de Cambridge et d’Oxford, à laquelle ont participé 17 000 jeunes, incluait parmi ses conclusions que plus les mineurs entre 12 et 13 ans passent de temps sur les réseaux sociaux, moins ils sont susceptibles, c’est qu’ils sont satisfaits de leur vraie vie. Cette étude a également souligné qu’il y a deux moments où ces plateformes peuvent causer des problèmes majeurs dans la santé mentale des internautes : vers 19 ans et au début de la puberté, comme cela est arrivé au créateur de Log Off.

Cela peut vous intéresser :   Les actions Twitter plongent de plus de 7% après l'annulation de son achat d'Elon Musk

Pour surmonter les problèmes de dépendance et les effets délétères sur la santé mentale, des applications comme Facebook et Instagram déploient de nouveaux contrôles parentaux et de nouvelles fonctionnalités destinées à inviter les utilisateurs vulnérables à faire une pause dans la navigation de longue durée à l’intérieur. Cependant, Lembke ne pense pas que cela soit suffisant : « Les législateurs et les personnes au pouvoir devraient travailler pour créer des espaces numériques plus sûrs pour les enfants. Ils devraient également obliger les entreprises technologiques à donner la priorité au bien-être des jeunes plutôt qu’aux profits.

« Le problème n’est pas qu’ils nous vendent, mais qu’ils le font sans responsabilité »

Le cas de Lembke n’est pas exceptionnel. Et cela, Jorge Flores, directeur de l’association Friendly Screens, dédiée à l’éducation sur les dangers qui guettent les mineurs sur Internet, le sait bien. Dans une conversation avec ce journal, il remarque que “nous devons exiger que les réseaux sociaux aient une éthique et une responsabilité sociale adéquates”. Surtout quand il est bien connu, comme c’est le cas avec Instagram ou TikTok, qu’une grande partie de ses utilisateurs sont des mineurs.

« Le problème n’est pas qu’ils veulent nous vendre, le problème est qu’ils le font d’une manière qui n’est pas responsable. Et il ne fait aucun doute que ces plateformes provoquent des comportements compulsifs », explique Flores.

Le directeur de Friendly Screens valorise le contrôle parental comme quelque chose qui peut aider les plus jeunes à “prendre conscience de l’usage qu’ils font de ces applications”. Cependant, il émet des doutes sur le fait qu’ils résolvent le problème de la présure, surtout si l’on parle de mineurs : « Des mécanismes proactifs sont nécessaires. Vous pouvez toujours aller plus loin. La prochaine étape devrait être qu’au moment où le réseau social détecte que l’utilisateur peut avoir un problème ou abuser du temps d’utilisation, il arrête de naviguer dans ses traces.

Flores reconnaît le danger des contenus partagés par certains utilisateurs sur les réseaux sociaux qui « ne correspondent pas à la réalité », mais réaffirme qu’au fond, le problème trouve son origine dans la surutilisation : « Je peux voir de belles personnes dans de nombreux endroits, mais je vais sortir et tout voir. Si je passe la journée sur les réseaux sociaux, les choses changent.”

Georges Olivieri
D'abord écrivain, je suis devenu par la suite rédacteur web pour me rapprocher des lecteurs et de leur quotidien. J’ai à cœur de vous apporter les meilleurs contenus, notamment sur les stars françaises que j’affectionne particulièrement et les nouvelles technologies.