Des séparatistes pro-russes bloquent Google dans l’est de l’Ukraine

Temps de lecture : 2 minutes

Mise à jour le 23 juillet, 2022 par Metaverse

C’est ce qu’a déclaré Denis Pushilin, chef de la République populaire autoproclamée de Donetsk, dans une publication dans laquelle il accuse le moteur de recherche de “suivre les ordres du gouvernement américain et de promouvoir le terrorisme et la violence contre les Russes”.
Google continue de subir la pression de la Russie et de ses alliés. Les autorités de la République populaire de Donetsk (RPD), contrôlée par les pro-russes dans l’est de l’Ukraine, ont annoncé ce vendredi avoir pris la décision de bloquer l’accès au moteur de recherche sur le territoire qu’elles contrôlent. Denis Pushilin , chef de la république autoproclamée, a souligné que la décision a été prise parce que Google “favorise le terrorisme et la violence contre les Russes et, en particulier, la population du Donbass”.

« Je pense que cette situation ne doit plus être tolérée. Nous avons décidé de bloquer Google sur le territoire de la RPD”, a-t-il déclaré sur sa chaîne d’application de messagerie Telegram. “Aujourd’hui, l’Occident et l’Ukraine exercent une pression sans précédent sur la Russie et représentent une menace psychologique et physique”, a déclaré Pouchiline.

L’idée des pays favorables à l’Ukraine, comme il l’a expliqué, est « d’intimider les habitants de la RPD » : « Nous sommes sûrs que nous réussirons, car il est impossible d’en finir avec l’esprit russe. Il est également impossible de rester impassible dans cette situation.

Cela peut vous intéresser :   C'est la révolution : Des maillots de bain connectés et prêts à envoyer des photos et messages sur les réseaux sociaux

“La propagande inhumaine de l’Ukraine et de l’Occident a franchi toutes les lignes. Il y a une véritable persécution des Russes, une imposition de mensonges et de désinformation. Au premier rang de cela se trouve Google en tant que moteur de recherche, qui suit les ordres du gouvernement américain et promeut le terrorisme et la violence contre les Russes », explique le dirigeant pro-russe.

Pushilin a souligné que cette restriction pourrait être levée si Google “cessait d’appliquer ses politiques criminelles et revenait au cours de la loi, de la morale et du bon sens”. ABC a contacté la société de technologie américaine pour consulter la position de l’entreprise concernant le blocus. Pour le moment, il n’y a pas eu de réponse.

Une impulsion de la technologie de l’Occident

Tout au long de la guerre, Moscou a pris des mesures pour bloquer l’accès à la plupart des principaux réseaux sociaux occidentaux depuis le territoire russe, comme cela a été le cas avec Facebook, Instagram et Twitter. D’autres outils, comme TikTok ou Spotify, ont pris la décision de limiter volontairement leurs services.

Google, jusqu’à présent, a été épargné. Dans une large mesure, grâce à son énorme présence dans le pays et au fait que YouTube est l’une des plateformes sociales préférées des Russes. Le Kremlin a cependant tenté de faire pression sur le moteur de recherche pour qu’il se plie à ses exigences concernant la suppression des contenus liés au conflit, avec des amendes successives de plusieurs millions de dollars. Le plus récent remonte à cette semaine et a atteint 360 millions de dollars.

Cela peut vous intéresser :   Les nouvelles fonctionnalités que teste Twitter : contrôler les mentions et quitter les conversations
Metaverse
Écolo-engagée, amoureuse de la communication 2.0. Je suis chargée de marketing digital. Ma passion depuis toujours : l’écriture ! Ce métier s’est donc manifesté comme une évidence. Depuis mon plus jeune âge, j’adore enquêter, trouver des informations que d’autres n’ont pas, et la lecture tient également une place importante dans mon cœur. Passionné depuis toute petite par l’écriture et de nature très curieuse, je m’intéresse à tous les sujets !