Happy young woman, casually dressed, using technology at work (blue background, copy space).

L’avant et l’après de l’entrepreneuriat provoqué par le Covid

Temps de lecture : 5 minutes

Mise à jour le 25 mai, 2022 par Metaverse

L’intérêt pour l’entrepreneuriat reste stable, mais le Covid a provoqué certains changements de tendance, comme le plus grand intérêt des femmes à devenir influenceuses ou le fort engagement dans le commerce électronique.

Les résultats sont extraits du Amway Global Entrepreneurship Report (AGER) 2020 , qui fournit dans sa neuvième édition les conclusions sur l’état de l’entrepreneuriat dans le monde. Les résultats de l’étude sont basés sur une enquête quantitative en ligne réalisée par la société d’études de marché Ipsos Global Ómnibus, avec le soutien académique de l’Université Complutense de Madrid, auprès de 23 808 personnes dans 25 pays différents, y compris le marché espagnol.

En ce qui concerne l’Espagne, les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :

Intérêt pour l’entrepreneuriat

Selon le rapport, l’intérêt pour la création de sa propre entreprise est resté constant tout au long de 2020, malgré la crise économique et sociale provoquée par le Covid-19. Les Espagnols continuent de valoriser l’idée d’être leur propre patron et de travailler sur quelque chose qui les passionne comme les principaux avantages du démarrage de leur entreprise. De plus, dans 54 % des cas, ils apprécient d’avoir le contrôle sur leurs horaires de travail ou d’être ceux qui répartissent librement le travail.

En revanche, pour un répondant sur deux, l’entrepreneuriat est un moyen idéal pour obtenir un complément de revenu, une option qui est restée pratiquement stable depuis avant la pandémie (variant de 51% à 50%). Bien sûr, considérer l’entrepreneuriat comme une source de revenu supplémentaire plutôt que comme la principale et unique ressource génère certains doutes quant à l’engagement de ce profil d’entrepreneurs.

Obstacles

Concernant les freins qu’ils observent pour entreprendre leur propre projet, ils évoquent tout d’abord l’obtention de capitaux, le plus grand frein observé par 44% des sondés. Dans le cas des entrepreneurs mariés ou ayant des familles à charge, l’inquiétude concernant le capital augmente jusqu’à 6 points. Il en va de même pour les entrepreneurs ayant un niveau d’études moyen et élevé, un sur quatre pointes à ce point comme le principal obstacle au démarrage de leur projet.

Comme autres freins, ils ressortent : les inquiétudes personnelles que suscite une entreprise : comment récupérer l’investissement dans un délai raisonnable (dans 32% des cas) et la peur de l’échec (31%).

Ils pointent également comme freins à prendre en compte l’élaboration d’un bon business plan , qu’un sur dix place comme principal problème, et les problèmes bureaucratiques et administratifs liés au montage d’un projet.

Déjà dans des phases plus avancées, avec l’entreprise en marche, près d’un entrepreneur sur quatre considère que c’est un obstacle pour se construire une image professionnelle efficace sur les réseaux sociaux , tout comme il voit la génération de profits et la gestion de son propre marketing comme un problème possible de son projet. .

Enfin, seuls 23% s’inquiètent de ne pas pouvoir concilier vie personnelle et vie professionnelle, et 8% craignent que leur famille ne soit pas satisfaite de leur nouvelle situation professionnelle.

Cela peut vous intéresser :   Productivité : êtes-vous sûr qu'être paresseux est une mauvaise chose ?

La formule pour démarrer une entreprise

Dans cette section, le rapport trouve des variations notables avant et après Covid. L’un d’eux est l’augmentation du nombre de personnes qui choisissent des formules d’entrepreneuriat numérique.

Près de la moitié des sondés choisiraient de se lancer dans un projet e – commerce ou commercial traditionnel (dans 48% des cas dans les deux cas). Les entrepreneurs qui préfèrent une formule commerciale via une boutique en ligne ont gagné quatre points par rapport à avant la pandémie. Comme troisième option, les Espagnols optent pour le Social Selling , c’est-à-dire la promotion d’une entreprise en vendant via les réseaux sociaux, et à l’aide d’outils numériques et sociaux tels que les groupes Facebook, LinkedIn, Twitter, Instagram, etc. La vente directe , avec 39% dans les deux cas, cette dernière option étant l’une de celles qui a le plus progressé après la pandémie.

De même, en 2020, l’idée de créer une entreprise via l’économie collaborative, ainsi que le choix de travailler en tant qu’influenceur , ont augmenté de trois points, atteignant 25%, qui a progressé de deux points pour être choisi dans 31% des les cas.

En revanche, il existe deux options lors de la création d’une entreprise qui réduisent vos attentes après la pandémie et ce sont la formule de la franchise – quatre points de moins à 26 % – et le travail indépendant , en baisse de deux points à 30 %. À cet égard, l’Espagne suit la tendance européenne et mondiale de se retirer des méthodes plus conventionnelles de création d’entreprise.

Les moins de 35 ans

L’étude AGER 2020 met en lumière les préoccupations des plus jeunes, qui représentent 40% des sondés, car leur participation est en forte croissance dans les différents types d’entreprises.

Dans ce groupe, une forte augmentation de l’intérêt à devenir un influenceur en ce qui concerne les données pré-Covid-19 se démarque.La préférence pour cette voie a augmenté de neuf points pour atteindre 47% des personnes interrogées. De cette façon, être un influenceur est la troisième option la plus choisie avec la vente via les réseaux sociaux. Cette option est moins appréciée en Europe, où être influenceur perd deux points en un an, se classant cinquième avec 45% des moins de 35 ans choisissant cette alternative.

Au niveau européen, les plus jeunes entrepreneurs privilégient, dans cet ordre, le e-commerce, la vente via les réseaux sociaux, la vente traditionnelle et la vente directe. En Espagne, les jeunes choisissent le commerce électronique et la vente traditionnelle de la même manière, étant leur formule commerciale pour 54% dans les deux cas. De plus, la vente traditionnelle est l’un des canaux qui remonte le plus, avec six points de préférence en plus.

L’une des options qui affiche également une croissance significative de six points dans cette tranche d’âge est l’économie collaborative, passant de 28% à 34%. Il s’agit d’une activité qui s’exerce normalement via des plateformes numériques et constitue donc une alternative très réussie au sein de ce groupe démographique.

Plus de 35 ans

L’intérêt des plus de 35 ans pour les différents types d’entrepreneuriat reste constant après la crise générée par le coronavirus.

Cela peut vous intéresser :   La fiscalité de la sasu

Au cours de l’année 2020, on note un intérêt accru pour la vente directe chez les plus de 35 ans, qui progresse de 6 points à 36 %, ainsi que le commerce électronique, qui progresse notamment pour atteindre 46 %, soit 4 points de plus qu’avant le Covid. -19 données. Cette même hausse de quatre points s’est reflétée dans le commerce traditionnel.

Par genre

Par rapport aux résultats antérieurs à la pandémie, en 2020, les hommes sont nettement plus intéressés par le commerce électronique, augmentant de cinq points pour devenir une option significative pour 52 %. Les ventes directes ont également progressé, atteignant 39 % avec quatre points de progression, et les ventes traditionnelles, choisies par 46 % des entrepreneurs, soit trois de plus que dans la période pré-Covid-19. Dans une moindre mesure, les préférences pour l’économie collaborative ont augmenté, de trois points à 30 %, et les ventes via les médias sociaux, avec une augmentation d’un point à 40 %.

Pour leur part, les Espagnoles sont beaucoup plus intéressées par la vente directe et le fait d’être une influenceuse sociale, par rapport à l’année précédente. Les options préférées par les femmes comme canaux d’affaires sont les ventes traditionnelles (50%), le commerce électronique (44%) et le travail d’influence (38%), dans cet ordre. L’économie collaborative est la moins choisie, avec 21%, malgré une croissance de deux points.

Les augmentations les plus significatives se sont produites dans l’option d’être un influenceur, avec neuf points de plus qu’en 2020 (38%), dans les ventes traditionnelles et dans les ventes directes grâce à une augmentation de six points par rapport à l’année précédente, obtenant le 50% et 38 % respectivement.

Réseaux sociaux

Les résultats du rapport AGER 2020 confirment qu’aujourd’hui, la formule du commerce en ligne est plus que jamais d’actualité. Les entrepreneurs veulent gérer leur entreprise de n’importe où et à tout moment, ils doivent donc être connectés numériquement et utiliser des outils facilement accessibles.

Un répondant sur trois en Espagne considère que la vente via les réseaux sociaux est le meilleur moyen de promouvoir une entreprise et de maximiser le nombre de clients à qui vendre . Et seulement un sur cinq est mal à l’aise à l’idée de faire des affaires par ces canaux.

De manière générale, 54% des sondés sont prêts à utiliser leur propre réseau social pour faire connaître leur entreprise et accordent une grande importance à leurs contacts et à leur propre positionnement ou celui de leurs amis sur les différentes plateformes sociales.

Cependant, 30% des Espagnols et Espagnoles interrogés admettent également qu’ils n’ont pas de réseaux sociaux suffisamment importants pour promouvoir leur entreprise et 23% considèrent qu’ils n’ont pas suffisamment de connaissances pour le faire. En d’autres termes, dans 53 % des cas, ces entrepreneurs auraient besoin d’une aide professionnelle pour traduire leurs idées sur le marché numérique.

Metaverse
Écolo-engagée, amoureuse de la communication 2.0. Je suis chargée de marketing digital. Ma passion depuis toujours : l’écriture ! Ce métier s’est donc manifesté comme une évidence. Depuis mon plus jeune âge, j’adore enquêter, trouver des informations que d’autres n’ont pas, et la lecture tient également une place importante dans mon cœur. Passionné depuis toute petite par l’écriture et de nature très curieuse, je m’intéresse à tous les sujets !