Un sous-traitant américain négocie l’achat du virus espion Pegasus avec NSO Group

Temps de lecture : 2 minutes

Mise à jour le 15 juin, 2022 par Metaverse

L’accord devrait recevoir le feu vert des gouvernements américain et israélien. La Maison Blanche est préoccupée par la négociation, selon une enquête menée par ‘The Guardian’, ‘The Washington Post’ et ‘Haaretz’.

Pegasus , le code malveillant utilisé par le gouvernement espagnol pour espionner les politiciens catalans, pourrait bientôt changer de mains. L’entrepreneur de défense américain L3Harris est en pourparlers pour reprendre la technologie de surveillance du groupe NSO, la société israélienne à l’origine de sa création et, à ce jour, son propriétaire. Selon une enquête conjointe menée par les médias britanniques et américains ‘ The Guardian ‘ et ‘ The Washington Post ‘, en plus de l’israélien ‘ Haaretz’, il n’est pas clair que l’accord se concrétisera, puisque les gouvernements américain et israélien devraient donner leur consentement préalable.

“Une telle transaction, si elle se concrétise, soulève de graves problèmes de contre-espionnage et de sécurité pour le gouvernement américain”, a déclaré un haut responsable de la Maison Blanche dans un communiqué.

L’entrepreneur de la défense, en plus de négocier l’acquisition totale du code espion, l’un des plus avancés qui soit, tente d’intégrer plusieurs employés de la société israélienne.

« Nous sommes conscients de la capacité et évaluons constamment les besoins de sécurité nationale de nos clients. À ce stade, tout ce qui va au-delà n’est que spéculation”, déclarent-ils simplement à partir de L3Harris. La société est basée en Floride et compte des clients tels que le gouvernement des États-Unis lui-même et l’OTAN.

Préoccupation américaine

Si l’achat se concrétise, ce qui, en principe, “préoccupe” l’administration du président Joe Biden, qui nie toute relation avec les négociations, ce serait une tournure des événements pour le moins surprenante. D’autant plus que, précisément, les États-Unis sont le pays qui, ces derniers mois, a adopté le plus de mesures contre la société israélienne et son logiciel de surveillance Pegasus, une technologie qui permet à l’attaquant d’avoir accès à pratiquement toutes les informations qui la victime stocke sur l’appareil infecté.

Le pays nord-américain a ajouté le groupe NSO à sa liste noire d’entreprises fin 2021, ce qui empêche l’entreprise d’accéder à la technologie développée aux États-Unis. Le mouvement est intervenu quelques mois seulement après la découverte d’une enquête montrant que Pegasus avait été utilisé par les gouvernements de plus d’une douzaine de pays pour espionner, entre autres, des militants, des politiciens de l’opposition ou des journalistes.

La relation des grandes entreprises technologiques de la Silicon Valley avec le groupe NSO est également, pour le moins, améliorable. Des entreprises comme Apple, Facebook ou Microsoft en sont venues à poursuivre la société israélienne pour avoir exploité des vulnérabilités dans leurs systèmes d’exploitation.

Utilisation restreinte

Le groupe NSO a toujours promis que sa technologie n’était disponible qu’aux gouvernements et aux agences de renseignement et que son utilisation était limitée à la lutte contre le crime et le terrorisme. Quelque chose qui, selon de nombreuses enquêtes, n’a pas toujours été rempli. En cas de cristallisation, l’accord “n’éliminerait pas automatiquement une entité désignée de la liste des entités” que le pays, prévient depuis Washington.

Cela peut vous intéresser :   Marvel's Midnight Suns' présente de nouveaux personnages et confirme la date de sortie

Une personne familière avec l’accord dit que si Pegasus devait se retrouver entre les mains de L3Harris, son utilisation pourrait être limitée à une poignée de pays , dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada, ainsi que certains États appartenant à à l’OTAN.

Metaverse
Écolo-engagée, amoureuse de la communication 2.0. Je suis chargée de marketing digital. Ma passion depuis toujours : l’écriture ! Ce métier s’est donc manifesté comme une évidence. Depuis mon plus jeune âge, j’adore enquêter, trouver des informations que d’autres n’ont pas, et la lecture tient également une place importante dans mon cœur. Passionné depuis toute petite par l’écriture et de nature très curieuse, je m’intéresse à tous les sujets !