Cela semblait être une mauvaise idée et finalement ça l’est : le Salvador sur le point de faire défaut à cause de Bitcoin

Temps de lecture : 2 minutes

Mise à jour le 24 mai, 2022 par Metaverse

Ils voulaient être des pionniers. Mais ils sont allés trop vite, et maintenant ils sont à haut risque, en état d’alerte. Le Salvador se dirige vers le « défaut » ou le non-paiement de sa dette à cause du Bitcoin, car il voulait être le premier pays au monde à avoir la fameuse crypto-monnaie comme monnaie légale, mais il n’y était pas préparé.

Ni le Salvador, ni aucun État en ce moment. En septembre 2021, la petite nation d’Amérique centrale est devenue la première au monde à adopter le Bitcoin comme autre monnaie, mais en liant son économie à celle-ci, qui avait déjà des problèmes sous-jacents.

C’est-à-dire qu’il l’a financé avec de l’argent public via une fiducie, mais bien sûr, si Bitcoin tombait, les fonds de sa fiducie le feraient aussi. Et malheureusement, c’est arrivé. La crypto -monnaie a perdu la moitié de sa valeur ces derniers mois, laissant le crédit le Salvador à haut risque.

Ses obligations en dollars ont chuté de 24%, ce qui a mis les agences de la dette en alerte. Moody’s a déjà abaissé sa note à ‘Caa3’, avec une perspective ‘négative’, et mettant l’accent sur la maturité de la dette à laquelle elle devra faire face en janvier 2023.

Une confrontation avec la réalité pour le “PDG” du Salvador

Malgré l’avertissement de Moody’s et du FMI lui-même, qui prévient depuis des mois le Salvador qu’il devra abandonner son intention de moderniser son économie grâce au Bitcoin, son président n’est pas prêt à s’avouer vaincu.

Cela peut vous intéresser :   De 'Fortnite' à 'FIFA', le danger que les 'loot boxes' transforment le mineur en addict

Nayib Armando Bukele est arrivé au pouvoir en promettant une révolution et une modernisation du pays, et pour cela il a mis le Bitcoin au centre de tout. Ainsi, il a acheté plus de 23 000 unités de la crypto depuis septembre. En fait, il y a à peine une semaine, il en a acheté 500 autres et y a dépensé plus de 14 millions d’euros. Tout de l’argent public, bien sûr.

Et Bitcoin tombe. Et la dette salvadorienne est à des niveaux historiquement bas. Mais celui qu’on a appelé le “PDG” du Salvador refuse de voir la réalité, et tout en négociant un nouveau prêt de 1 300 millions avec le FMI. Sachant que le corps l’oblige à mettre de côté son idée du Bitcoin pour cela.

Et sans proposer aucune mesure alternative pour faire face à la situation, aggravée par la boucle inflationniste que connaît le monde entier. Le Salvador a confié tous ses problèmes économiques à Bitcoin, il a joué une carte, et maintenant il risque de perdre.

Tout semble donc très mauvais et met la réalité sur la table : Bitcoin, ou n’importe quelle crypto-monnaie, est encore mûr pour la vraie vie. Dans un contexte d’ailleurs de quasi-récession à travers le monde, les investisseurs fuient ce marché qui n’est pour l’instant pas très sûr.

Et cela, en plus, avait été gonflé ces dernières années. Les choses telles qu’elles sont. Par conséquent, le plan de Bukele a des heures limitées s’il veut que son pays continue à respecter ses obligations financières.

Et le reste du monde devrait prendre note si un pays avait également à l’esprit d’adopter Bitcoin. Ce n’est pas le moment, et ce ne sera peut-être jamais le cas. Parce que la vraie vie n’est pas le lycée.

Metaverse
Écolo-engagée, amoureuse de la communication 2.0. Je suis chargée de marketing digital. Ma passion depuis toujours : l’écriture ! Ce métier s’est donc manifesté comme une évidence. Depuis mon plus jeune âge, j’adore enquêter, trouver des informations que d’autres n’ont pas, et la lecture tient également une place importante dans mon cœur. Passionné depuis toute petite par l’écriture et de nature très curieuse, je m’intéresse à tous les sujets !